Aller au contenu

Vie de voyages

Invitation à l’émerveillement

Mon travail !

Eh oui, cela fait plus de 6 mois que je suis arrivée, il faut bien que je commence à vous dire ce que je fais, pour de vrai, à part voyager à travers toute l’Angleterre et l’Europe …
Je travaille dans une usine chimique. Je vous vois déjà imaginer de grands bacs remplis de solutions colorées bouillonnantes et fumantes, des sifflements désagréables venant de toutes parts et des explosions régulières accompagnées de gros nuages de fumée. Non, ce n’est pas tout à fait ça … Tout d’abord, on ne voit pas vraiment ce qu’on produit quand on le produit parce que les réacteurs (non pas d’avion, les réacteurs chimiques !) sont fermés et calorifugés et on ne voit rien du tout ! Pas d’explosions non plus (Ouf !). Il y a un peu de bruit près des tours de refroidissement (pour avoir de l’eau froide), ou des pompes ou quand les camions se déplacent mais c’est à peu près tout !
Une usine chimique, c’est bien beau, mais pour produire quoi ? A Halifax, ce sont principalement des tensio-actifs, des surfactants… (ouh, encore des mots compliques, inconnus …). Pour faire simple c’est la molécule qui mousse et qui lave dans les gels douches, les shampoings, le liquide vaisselle… Bon vous n’avez jamais vu Solvay sur votre bouteille de shampoing, donc vous vous doutez bien que nos clients sont des entreprises de « produits de grande consommation » qui rajoutent de l’eau, du parfum, ou d’autres actifs et mettent le nouveau produit en bouteilles. L’Oréal, Unilver, Procter et Gamble … 
Voulez-vous jouer à un petit jeu ? Allez dans la salle de bain et regardez l’étiquette de votre flacon de shampoing ou de gel douche !

Est-ce que vous voyez cocamidopropyl betaine ou lauramidopropyl betaine? Est-ce que vous voyez cocoamphoacetate ? Est-ce que vous voyez cocamidopropyl sultaine ? Est-ce que vous voyez Disodium Cocoamphodipropionate (bien mieux) ? Si vous avez répondu oui au moins une fois alors, vous utilisez ce que je produis ! – Oui, ce n’est pas moi qui produis et il y a bien d’autres fournisseurs de surfactants en Europe …

Comment ça ? Ce n’est pas moi qui produis ? Mais que fais-je donc alors ???? Je suis à Halifax au sein de l’équipe d’ingénieurs procédés. Avec Simon et Darren, nous concevons de nouvelles installations, ou la réutilisation d’installations existantes pour de nouveaux usages. C’est-à-dire, choisir des vannes et des tuyaux, faire de magnifiques dessins, calculer les caractéristiques des pompes nécessaires, expliquer aux ingénieurs mécaniciens, électriciens et informaticiens ce qu’on attend d’eux, commander des instruments, obtenir l’accord pour financer les projets, les mettre en place et vérifier qu’ils fonctionnent comme ce à quoi on s’attendait. Passionnant, non ? (Finalement, en l’écrivant j’ai trouvé une minuscule pointe d’exaltation. Mais ça ne dure pas très longtemps …) Un autre aspect du travail est de résoudre les problèmes de production. Simon et Darren ont une bien meilleure connaissance de l’usine que moi, donc c’est à eux que revient la majorité de ce travail. Et enfin, il y a l’optimisation de procédé. Ou comment essayer d’améliorer le temps de production (= le diminuer), la taille d’un lot (= l’augmenter), la quantité de matières premières … J’ai été très impliquée sur un projet de ce type là au début : j’observais ce réacteur :

mais le design est devenu prioritaire et il a donc été reporté a plus tard … J’espère juste que plus tard se rapproche parce que ce type de travail implique plus de temps à l’usine(et moins devant mon ordinateur), plus de discussions avec les opérateurs, plus de réflexion personnelle…
Bon je reconnais que j‘ai une jolie vue depuis mon bureau quand même … 

La colline, sous la neige, la pluie, le soleil …

Et la vue depuis le haut de la colline: psst, dans le creux, il y a l’usine !
Et quand je viens au travail, je vois des lapins gambader dans les champs, des vaches brouter et des poules caqueter !
Les gens ici sont très gentils, je m’entends bien avec les autres ingénieurs avec les opérateurs, avec les mécaniciens … La question rituelle du vendredi c’est « Où vas-tu ce week-end ? » et celle du lundi « où es-tu allée ? ». Chacun y va de son conseil et c’est bien agréable !
Paul, un opérateur avec qui je plaisant bien !
Et voilà à quoi je ressemble quand je vais à l’usine:

Voilà, vous en savez un peu plus !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pas de commentaire “Mon travail !”