Aller au contenu

Vie de voyages

Invitation à l’émerveillement

10-13 février. Un week-end à Paris !

A occasion spéciale, moyens spéciaux ! Ce samedi 11 février, mes amis Noémi et Grégoire se mariaient. Ce sont des amis de l’aumônerie de Clamart. Nous avons fait les FRAT, les camps de marche, des soirées, des vacances, des dîners et j’en oublie ensemble. Bref, je ne pouvais pas rater cet évènement sous prétexte que j’habitais en Norvège. Alors j’ai acheté des billets d’avion (aller-retour Oslo/Paris Orly), des billets de train (Trondheim-Røros-Hamar-Oslo et OsloTrondheim), ai aussi utilisé mes deux jambes, et hop ! 3 jours à Paris.
* 1ère étape : Aller à Paris.

A savoir, même si probablement ça ne vous intéresse pas ni ne vous concerne, à 4h30 pas un bus ne circule dans Trondheim. Donc pour prendre mon train à 5h45, il a fallu que je marche. Près de 50 minutes dans le terrible froid norvégien (0°C si, si !). Heureusement, une petite couche neige recouvrait la traître couche de glace qui nous effrayait tant depuis le début de la semaine. J’ai quand même été étonnée de la vie qui subsistait à Trondheim à cette heure indue : l’immeuble en face du mien, 48 fenêtres, une dizaine éclairées. Des fêtards qui rentrent (d’où je ne sais pas, les boîtes ferment à 2h30 au plus tard). Et aussi le ballet des chasse-neiges.
Et puis j’ai pris le train. Pelotonnée dans mon manteau, j’ai pas mal dormi. Le paysage était uniformément blanc… 8h30, arrivée à Røros. Une photo en passant :
Bon je reconnais que la photo est floue mais Røros est une ville célèbre (Patrimoine mondial de l’UNESCO, s’il vous plaît !) alors … (bon et puis attendez encore quelques jours et vous aurez une surprise ! 🙂 ).
Et aussi au long de la route :
* une cascade de glace (parmi tant d’autres !). Olivier pardonne moi d’appeler ça cascade de glace, je sais bien que ça n’a rien à voir avec celles que tu escalades mais elles sont déjà jolies alors …

 * une gare (si, si ! 🙂 )

* une des nombreuses maisons ou cabines le long de la voie ferrée. Dans le jardin de l’une d’elles j’ai même vu deux bisons ! Il y a parfois tant de neige qu’il ne reste des clôtures des champs que des bouts de piquets qui dépassent ridiculement.

 Bon le désagrément du train norvégien, mis à part le fait que oui, ce n’est pas un TGV, c’est que le principe de la barrière automatique n’a pas été tout à fait compris ou mis en oeuvre. Résultat, toutes les deux minutes (parfois plus), quelques dizaines de mètres avant un intersection quelconque (chemin forestier ou vraie route), le train klaxonne. De ce klaxon particulièrement puissant, disgracieux et qui s’entend particulièrement bien de l’intérieur du train ! Pas très reposant donc !

Dernière anecdote : peu de temps avant d’arriver à l’aéroport, nous longeons une rivière à moitié gelée… dans laquelle s’ébattent joyeusement des dizaines de cygnes !

 A Oslo, après 3 heures d’attentes, il est 17h, le soleil se couche :

 il est temps d’embarquer !

2 heures de vol plus tard, je suis à Orly, Elodie et son papa viennent me chercher.  Il fait -2°C, plus froid qu’à Trondheim (Où va le monde ????).

Je passe une bonne soirée, la nuit et la matinée chez Elodie.

2ème étape : le mariage !
En tout début d’après midi je suis chez Anne-Solène qui avec Aude corrige quelques derniers détails du discours de ce soir, de la carte qui accompagne le cadeau. 

Finition des sacs, choix des chapeaux, déjeuner rapide et nous voilà partis en voiture, Sébastien comme chauffeur. Les filles se maquillent sur la route. 


Il fait beau, les paysages saupoudrés de neige sont magnifiques, retrouver ses amis est toujours un plaisir ! Nous arrivons à Tourny juste 5 minutes avant l’heure prévue et nous sommes accueillis dans la glaciale église par des tasses de thé chaud. J’ai retrouvé d’autres amis, il y avait dans l’église de nombreux animateurs de l’aumônerie. La messe était très belle, très priante et j’ai vraiment été touchée par cet
engagement véritable et profond que Noémi et Grégoire ont pris en toute conscience et joie parfaite. Mes photos ne sont pas très bonnes mais elles témoignent un tant soit peu de ce beau moment !

La sortie de l’église fut glaciale. S’il avait été possible de supporter le froid dans l’église, les quelques degrés de moins et la neige à l’extérieur ont eu raison de mes pieds. Mais la lumière était très belle !

Nous avons eu droit à un magnifique coucher de soleil en allant à la salle :
(eh oui, ça n’arrive pas qu’en Norvège ! ).
Puis cocktail et dîner. Et soirée. 🙂

Nous dormions sur place. Les commentaires au réveil ? “Oh il faisait si froid !”. Après mon cabin trip de la semaine précédente, je n’étais vraiment pas d’accord !
Nous avons brunché/déjeuné puis nous sommes rentrés à Clamart. J’ai passé la soirée et la nuit chez Anne-Solène, à débriefer le mariage, parler de son boulot, de la Norvège, de tout, de rien, de ce qui compte et ce qui a moins d’importance. Vive l’amitié !
3ème étape : un lundi à Boulogne !
Le lundi matin, Anne-Solène partait travailler et moi j’allais retrouver Diane ! Nous avons passé toute la journée à papoter, du passé, de l’Inde, de la Norvège, de Sciences-Po, du futur, de nos projets … C’était vivifiant et agréable !
Après avoir acheté un bûche de chèvre, quelques viennoiseries pour Virginie et Petra, je suis repartie vers Orly. Deux heures d’avion avec, ô suprême innovation, le wi-fi à bord ! (pour une compagnie low-cost c’est d’autant plus la classe vous ne trouvez pas ???).
Puis train de nuit jusqu’à Trondheim ! Je suis arrivée à 7h, sous la pluie (suis-je vraiment en Norvège ????), à temps pour servir le petit-déjeuner à Virginie !
Bref, un week-end sur les chapeaux de roues à l’occasion d’un évènement remarquable que je suis heureuse de ne pas avoir raté ! Longue vie à deux aux mariés !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pas de commentaire “10-13 février. Un week-end à Paris !”