Colores de sueño – Tres

[vc_row][vc_column width= »1/1″][/vc_column][/vc_row][vc_row type= »4″ margin_top= »0″ margin_bottom= »0″ padding_left= »40″ padding_right= »40″ bg_position= »top » bg_repeat= »no-repeat » bg_cover= »false » bg_attachment= »false » padding_top= »0″ padding_bottom= »40″ parallax_speed= »0.1″][vc_column width= »1/4″][/vc_column][vc_column width= »1/2″][dt_gap height= »30″][vc_column_text]

Premier jour à Sitges,

Nous sortons du train, le soleil vient à peine de se coucher. Première étape, récupérer une carte à l’office du tourisme, qui nous donne par la même occasion les différents lieux à visiter. La plage, les églises ainsi que quatre musées dont la « casa Bacardi ». Oui, l’entreprise de spiritueux dont nous connaissons bien tous le nom. En effet, son fondateur est né à Sitges.

Le logo de Bacardi est constitué d’un dragon noir sur fond rouge. Dragon que l’on retrouve assez souvent dans les rues de la ville, sous forme de statues de bronze ou d’ornements de lampadaire par exemple.

Une semaine est passée, je profite des quelques minutes restantes avant que le restaurant n’ouvre. Il fait beau aujourd’hui — ce qui n’était pas le cas des jours précédents. Je fais quelques photos sur la plage, et je m’aventure sous les rochers. Je les utilise alors pour faire une découpe inhabituelle dans le ciel de mes photos. Cela me permet d’avoir un nouveau plan et de renforcer l’impression de profondeur.

Après avoir fait quelques tests infructueux, je tombe sur ce cadrage, qui me fait penser à un dragon de profil.

Bon concours de circonstances, n’est-ce pas ?

[/vc_column_text][dt_gap height= »75″][/vc_column][vc_column width= »1/4″][/vc_column][/vc_row][vc_row margin_top= »0″ margin_bottom= »0″ full_width= »true » padding_left= »0″ padding_right= »0″ bg_position= »top » bg_repeat= »no-repeat » bg_cover= »false » bg_attachment= »false » padding_top= »40″ padding_bottom= »40″ parallax_speed= »0.1″][vc_column width= »1/1″][/vc_column][/vc_row]

Colores de sueño – Dos

[vc_row type= »4″ margin_top= »0″ margin_bottom= »0″ padding_left= »40″ padding_right= »40″ bg_position= »top » bg_repeat= »no-repeat » bg_cover= »false » bg_attachment= »false » padding_top= »0″ padding_bottom= »40″ parallax_speed= »0.1″][vc_column width= »1/4″][/vc_column][vc_column width= »1/2″][dt_gap height= »30″][vc_column_text]

Vite ! Vite !

Nous avons fini de dresser les tables, je passe un coup de balai, Marie vérifie les verres sur les tables. Il nous reste dix minutes avant que le repas soit prêt, pour que l’on puisse manger juste avant que le restaurant n’ouvre ses portes.

J’ouvre la porte, Marie me suit, nous voilà dans la ruelle. Oui, nous sortons du restaurant, nous nous dépêchons. Nous descendons à pas de loup les 100 mètres qui nous séparent du bord de plage. On peut le voir au loin, c’est brillant, et la couleur varie entre le rose bonbon et l’orange.

Nous y voilà. Le mois dernier, nous faisions une bataille de boules de neige en France. Ce soir, il fait un peu moins de 15 degrés, et nous admirons le coucher de soleil en Espagne, en T-shirt.

C’est beau !

[/vc_column_text][dt_gap height= »75″][/vc_column][vc_column width= »1/4″][/vc_column][/vc_row][vc_row margin_top= »0″ margin_bottom= »0″ full_width= »true » padding_left= »0″ padding_right= »0″ bg_position= »top » bg_repeat= »no-repeat » bg_cover= »false » bg_attachment= »false » padding_top= »40″ padding_bottom= »40″ parallax_speed= »0.1″][vc_column width= »1/1″][/vc_column][/vc_row]

Comment vivre 3 semaines en Espagne au bord de la plage pour 0€

[vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_column_text]

Depuis mercredi, nous vivons à Sitges. C’est une ville située à 40km au sud de Barcelone sur la côte méditerranéenne.

[/vc_column_text][dt_gap height= »30″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/4″][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_gmaps type= »m » zoom= »10″ link= »https://maps.google.com/maps?q=sitges&hl=fr&ll=41.327326,1.998825&spn=0.314021,0.677719&sll=37.0625,-95.677068&sspn=42.224734,86.748047&hnear=Sitges,+Barcelona,+Catalunya,+Espagne&t=m&z=11″ size= »450″ bubble= »1″][/vc_column][vc_column width= »1/4″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][dt_gap height= »30″][vc_column_text]

Cité balnéaire très prisée en été et lieu de résidences secondaires des barcelonais en quête d’air pur et de mer plus bleue, elle est réputée pour les fiestas sans fin et pour un carnaval déluré – mais nous y reviendrons en temps voulu … C’est surtout notre cadre de vie pour les trois semaines qui viennent. Imaginez une confortable chambre double baignée de soleil de bon matin, située à une minute à pieds de la plage. Plage de sable blanc, bordée de palmiers. Sur votre gauche, une belle église aux tours asymétriques et aux murs rosés. Sur votre droite, le Passeig de la Ribeira bordé de belles demeures tantôt maures tantôt modernistes.

[/vc_column_text][dt_gap height= »30″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/2″][vc_single_image img_link_target= »_self » image= »238″ img_size= »full »][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_single_image img_link_target= »_self » image= »204″ img_size= »full »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][dt_gap height= »30″][vc_column_text]

Et la mer qui s’étend comme à l’infini, parfois d’huile, souvent agitée de vagues qui se brisent sur le sable, faisant la joie des surfeurs et des constructeurs de châteaux de sables éphémères. C’est là que nous faisons notre jogging du matin, notre promenade du midi, notre balade du soir. En ce milieu de février, ce ne sont pas des foules de touristes qui se pressent dans les ruelles, mais il fait déjà bon : 18ºC samedi après-midi, autant vous dire que c’est bien agréable de tomber le gilet et de profiter du soleil bien doux. En se promenant le long de la plage et en observant la technique des surfeurs.

[/vc_column_text][dt_gap height= »30″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/2″][vc_single_image image= »207″ img_link_target= »_self » img_size= »full »][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_single_image image= »203″ img_link_target= »_self » img_size= »full »][dt_gap height= »22″][vc_single_image image= »209″ img_link_target= »_self » img_size= »full »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][dt_gap height= »30″][vc_column_text]

Le matin, au petit déjeuner, nous nous délectons de bon pain maison, parfois au soleil sur la plage. Le midi et le soir, ce sont de bons petits plats pleins de saveurs cuisinés par un chef qui régalent nos papilles.

[/vc_column_text][dt_gap height= »30″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/2″][vc_single_image image= »255″ img_link_target= »_self » img_size= »full »][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_single_image image= »213″ img_link_target= »_self » img_size= »full »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][dt_gap height= »30″][vc_column_text]

Si, si, ce que je viens de vous décrire, c’est notre vie, depuis mercredi et pendant 3 semaines encore. Le tout pour … zéro euro.

[/vc_column_text][dt_gap height= »30″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][dt_gap height= »30″][vc_column_text]

Je vois bien que vous aviez déjà du mal à me croire quand je vous parlais du soleil, des fleurs et de la plage, et je comprends bien que vous trouviez complètement incroyable que nous ne dépensions rien. Et pourtant c’est la vérité. Pas un euro dépensé. Mais cinq heures par jour, cinq jours par semaine à aider nos hôtes, en échange du gîte et du couvert. C’est là le principe du work exchange ( échange de travail) popularisé par le WWOOFing (spécialisé dans l’agriculture biologique), HelpX ou WorkAway. Dans notre cas, nos hôtes tiennent un petit restaurant et ont besoin d’aide pour faire le service et du ménage. Nous travaillons donc trente heures par semaine et le reste du temps, nous profitons de la jolie ville de Sitges, de la plage ou nous travaillons (eh oui, un blog ça demande du travail. Comme les 1258 photos prises à nous deux depuis le 7 février…).

[/vc_column_text][dt_gap height= »30″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/3″][vc_single_image image= »211″ img_link_target= »_self » img_size= »full »][/vc_column][vc_column width= »1/3″][vc_single_image image= »216″ img_link_target= »_self » img_size= »full »][dt_gap height= »65″][vc_single_image image= »256″ img_link_target= »_self » img_size= »full »][/vc_column][vc_column width= »1/3″][vc_single_image image= »208″ img_link_target= »_self » img_size= »full »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][dt_gap height= »30″][vc_column_text]

Nous améliorons notre espagnol et nous adaptons à ce nouveau rythme. La preuve ? La voilà : Alex est presque prêt à succomber à la siesta !

[/vc_column_text][dt_gap height= »30″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/4″][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_single_image image= »257″ img_link_target= »_self » img_size= »full »][/vc_column][vc_column width= »1/4″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][dt_gap height= »30″][vc_column_text]Allez, il faut qu’on retourne sur la plage pour admirer Sitges avec sa parure de nuit !

¡ Hasta luego ![/vc_column_text][dt_gap height= »30″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/4″][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_single_image image= »214″ img_link_target= »_self » img_size= »full »][/vc_column][vc_column width= »1/4″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][dt_gap height= »30″][/vc_column][/vc_row]

Saint Valentin

[vc_row][vc_column width= »1/4″][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_single_image image= »185″ img_link_target= »_self » img_size= »full »][dt_gap height= »30″][vc_column_text]

Avec Alexandre, notre spécialité, c’est de trouver des cailloux en forme de cœur. Si nous n’avions pas décidé de voyager, et qui plus est de voyager léger, nous aurions une immense collection et nous continuerions à ramasser ceux qui se trouvent sur notre chemin. Et si plutôt que la possession du caillou, ne vaudrait-il pas mieux son image ? En ce jour de Saint Valentin, la si commercialement célébrée « fête des amoureux », nous voulons donc vous offrir une partie de ces trésors glanés sur les chemins.

Happy Valentine’s day!

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/4″][/vc_column][/vc_row]

Colores de sueño – Uno

[vc_row type= »4″ margin_top= »0″ margin_bottom= »0″ padding_left= »40″ padding_right= »40″ bg_position= »top » bg_repeat= »no-repeat » bg_cover= »false » bg_attachment= »false » padding_top= »0″ padding_bottom= »40″ parallax_speed= »0.1″][vc_column width= »1/4″][/vc_column][vc_column width= »1/2″][dt_gap height= »-20″][vc_column_text]

Aujourd’hui, nous inaugurons une nouvelle section, « Colores de sueño », dans laquelle je posterai chaque semaine de belles photos prises pendant nos aventures, et les agrémenterai d’une description pour les situer dans notre parcours.

[/vc_column_text][dt_gap height= »30″][vc_column_text]

Histoire :

Photo prise à l’arrivée de l’aéroport de Barcelone, après être sortis du bus qui nous a emmenés prendre le train pour aller au cœur de la ville. En attendant, nous demandons à un Japonais, qui faisait des photos du coucher de soleil, de nous prendre en photo tous les deux. Malheureusement, il ne réussit pas à prendre une photo nette. Nous courrons ensuite à l’autre bout du quai pour prendre le train. Je m’arrête pour enregistrer ce court instant et je rejoins Marie qui m’attendait à l’intérieur. Nous démarrons. Devant nous, une petite troupe de cinq musiciens nous bercent sur notre première musique espagnole. Il fait beau, la musique est bonne, Barcelona, nous voilà!

[/vc_column_text][dt_gap height= »75″][/vc_column][vc_column width= »1/4″][/vc_column][/vc_row][vc_row margin_top= »0″ margin_bottom= »0″ full_width= »true » padding_left= »0″ padding_right= »0″ bg_position= »top » bg_repeat= »no-repeat » bg_cover= »false » bg_attachment= »false » padding_top= »40″ padding_bottom= »40″ parallax_speed= »0.1″][vc_column width= »1/1″][/vc_column][/vc_row]

Tartarin de Tarascon

[vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_column_text]

Voyager,  voyager.  Si depuis quelques temps,  je n’ai que ce mot à la bouche, je crois pourtant que cela fait bien longtemps que j’ai commencé à voyager. Peut être bien dix huit ans. Quand j’ai appris à lire. Et de ce moment là,  je n’ai jamais vraiment arrêté de me plonger dans les livres et de m’évader vers des destinations exotiques, dans des époques révolues, dans des histoires dramatiques parce que racontées.  Lire fait voyager. Sans lire uniquement les récits des grands aventuriers d’ailleurs. Lire comme une invitation à envisager une nouvelle destination, un nouveau chemin, une nouvelle vie. Lire comme une invitation au rêve, à la rencontre, au projet.  Lire.

[/vc_column_text][dt_gap height= »50″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/4″][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_single_image image= »130″ img_link_target= »_self » img_size= »full »][/vc_column][vc_column width= »1/4″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][dt_gap height= »50″][vc_column_text]

S’il y en a un qui vivait ses voyages dans les livres, c’est bien Tartarin. Tartarin de Tarascon. Mais mais si vous le connaissez, au moins de nom, ce personnage du roman éponyme d’Alphonse Daudet. Ce nom qui fait déjà chanter l’accent provençal dans toutes les maisons de France. Tartarin de Tarascon. À l’occasion d’une visite chez mes grands-parents, du côté de Toulon, ma grand-mère me dit : « Ici, il faut lire ce livre. Les gens d’ici, ils parlent comme ça. » Allons bon, je ne me fais pas prier et je commence la lecture. Il ne faut pas plus de deux chapitres – très courts,quatre pages tout au plus – pour se sentir dans la campagne provençale, pour se réchauffer sous le doux rayon de soleil qui caresse la joue et pour avoir l’esprit tout rempli des notes musicales de l’accent chantant. Oui, pour moi, provençale de naissance et de coeur, j’y retrouve mon pays mais pour tout autre, voilà déjà un voyage. Quitter la grise et humide Paname pour aller trinquer « à l’ombre d’un puits d’un vieux mur, d’un olivier » avec les « chasseurs de casquettes  » « un de ces jolis vins du Rhône qui font rire et qui font chanter ».

Tartarin le grand aventurier est plongé dans ses romans et ses études. Il rêve des Indiens Sioux, des ours des montagnes Rocheuses, du Targui du désert, du pirate malais, du bandit des Abruptes. Sa maison est remplie d’armes de toutes sortes et de tous pays qui l’aideraient à venir à bout de toute attaque. Quand un lion arrive en ville et que tous les habitants pressent le grand Tartarin à partir à la chasse au lion, il commence par se plonger dans « les récits des grands touristes africains, les relations de Mungo Park, de Caillé, du docteur Livingstone, de Henry Deveyrier ». Jusqu’au jour où il partira vraiment, vers l’Algérie. Je ne dévoilerai pas toutes les péripéties mais ce livre m’a donné envie de partir – quoi ? Encore plus qu’avant ? -, d’aller à la rencontre de ces pays du Maghréb, l’Algérie, les souks, les petites ruelles arabes, les chameaux et les bourricot.

[/vc_column_text][dt_gap height= »50″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/3″][vc_single_image image= »112″ img_link_target= »_self » img_size= »full »][/vc_column][vc_column width= »1/3″][vc_single_image image= »111″ img_link_target= »_self » img_size= »full »][/vc_column][vc_column width= »1/3″][vc_single_image image= »113″ img_link_target= »_self » img_size= »full »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][dt_gap height= »50″][vc_column_text]

Lisez Tartarin de Tarascon ! Pour la langue amusante – certes de la fin du XIX ème siècle – mais si riche en sonorités et si agréable à lire. Pour l’humour très présent de Daudet. Pour voyager. Et pour rencontrer Tartarin-Sancho Pança qui se verrait bien rester dans la « jolie petite villa Tarasconnaise » aux « persiennes vertes », à déguster « l’excellent chocolat, chaud, moiré,  et de succulentes grillades à l’anis »  de Jeanne. Et pour rencontrer Tartarin- Quichotte qui s’écrie : « Au lion ! Au lion ! » et part à la chasse. Il y a toujours en nous une partie Quichotte et une partie Sancho. Et libre à nous de choisir à qui se fier…  Sancho-restera ou Quichotte-partira?

Et vous qui écoutez-vous ? Votre côté Sancho ou votre côté Quichotte ? Avez-vous lu Tartarin de Tarascon ? Qu’en avez-vous pensé ?

[/vc_column_text][dt_gap height= »75″][/vc_column][/vc_row]

C’est parti ! A l’aventure !

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

7 février 2014 – Aéroport de Marseille – 15h00

Et voilà le grand jour est arrivé ! Bien que j’en rêve depuis longtemps et que petit à petit les détails pratiques s’organisent, l’attente et l’excitation du départ se sont diluées dans le quotidien, dans cette liste, forcément arbitraire, des choses à faire. Nous avons fait l’essentiel, nous aurions aimé faire tant d’autres choses en plus, mais voilà c’est aujourd’hui le départ.

DSC00120-2

Notre mois de janvier nous a permis de profiter de nos familles, de visiter quelques beaux villages français, de préparer notre équipement de nomades. Et notre équipement est vraiment nomade : nous partons chacun avec un sac à dos, de 7kg pour moi et de 9kg pour Alex (il a un plus gros appareil photo et je n’ai pas encore investi dans un ordinateur …). Je vous expliquerai bientôt comment c’est possible, mais sachez d’avance que cela passe évidemment par choisir chacun des éléments !

Nous voilà donc à l’aéroport de Marseille, sous un doux soleil presqu’inespéré tant il pleuvait à Banon ce matin. Le terminal est presque vide, les hauts parleurs diffusent une musique douce pour bercer les quelques passagers qui attendent. On entend parfois le bruit d’une cuillère contre une tasse de café et d’autres fois le dernier appel pour un vol Air France.

ALE_0039

Ce calme est agréable mais bien éloigné de notre situation particulière, de notre plongée dans le voyage, dans notre vie de rêve ! Nous prévoyons de rester un peu moins de trois mois en Espagne. Barcelone, Valence et l’Andalousie. Volontariats, visites et grands festivals. Dans deux heures nous serons à Barcelone, au soleil, nous aurons à parler espagnol, nous admirerons la Sagrada Familia et la mer Méditerranée, nous nous nourrirons de tapas et nous sourirons aux anges. Barcelone, nous arrivons !!!!!

ALE_0201

Le départ est là et avec lui c’est notre nouvelle vie qui commence. Une vie de découvertes, une vie de rencontres, une vie de voyages. Et une vie de partages. Partages avec les gens que nous trouverons sur la route et partages avec vous qui suivez nos aventures.

Le terminal se remplit, les gens autour de nous parlent espagnol, c’est le début de l’immersion. Le ballet des avions qui atterrissent, qui se remplissent, qui déchargent passagers et bagages, qui décollent, voilà le départ qui s’approche.

ALE_0041

7 février 2014 – Barcelone chez Alex – 23h45

Nous sommes arrivés à Barcelone sous un soleil radieux. Quarante minutes de vol, c’est vraiment court pour se sentir vraiment partir, pour réaliser l’ampleur de nos décisions, le début de notre aventure. Mais survoler Barcelone, reconnaître la silhouette de la Sagrada Familia et admirer les montagnes, ça n’a pas de prix. Barcelone nous voilà !

ALE_0073

Et dès l’arrivée en centre-ville, que nous devons traverser pour rejoindre mon amie Alex qui nous héberge, nous sommes happés par la ville et la beauté de ses bâtiments, la chaleur joyeuse de son atmosphère, l’impression de liberté qui s’en dégage. En sortant de la gare nous tombons nez-à-nez avec :

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/2″][vc_single_image image= »66″ img_link_target= »_self » img_size= »full »][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_single_image image= »65″ img_link_target= »_self » img_size= »full »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_column_text]

Pas mal pour un premier contact, non ? (C’est la Casa Batlló, une des célèbres maisons construites par Gaudi).

Je vous passe les petits détails sur tous les bâtiments – j’y reviendrai plus tard – mais c’est vraiment beau ! Alex, que j’avais rencontrée en Norvège, nous accueille à bras ouverts et nous fait visiter la vieille ville, Santa Maria del Mar, las Ramblas, Plaça Reial et les incontournables tapas y pinchos !

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/3″][vc_single_image image= »71″ img_link_target= »_self » img_size= »full »][/vc_column][vc_column width= »1/3″][vc_single_image image= »72″ img_link_target= »_self » img_size= »full »][/vc_column][vc_column width= »1/3″][vc_single_image image= »73″ img_link_target= »_self » img_size= »full »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_column_text]

Voilà une belle première journée achevée !

Rassurez vous vous n’aurez pas de récits détaillés de chaque journée mais la force des choses a fait que notre article « Nous partons »  est devenu un article « Nous partons de Marseille et nous arrivons à Barcelone »…

Que voulez-vous lire sur ce blog ? Quelles questions vous posez vous ?

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]