Colores de sueño – Once

[vc_row type= »4″ margin_top= »0″ margin_bottom= »0″ padding_left= »40″ padding_right= »40″ bg_position= »top » bg_repeat= »no-repeat » bg_cover= »false » bg_attachment= »false » padding_top= »0″ padding_bottom= »40″ parallax_speed= »0.1″][vc_column width= »1/4″][/vc_column][vc_column width= »1/2″][dt_gap height= »60″][vc_column_text]

Aujourd’hui le 17 Avril, nous quittons Séville pour aller rejoindre la côte, direction Cadiz. Yann, le Français qui nous a hébergés pendant ces quelques jours nous accompagne joyeusement jusqu’à notre covoiturage. Je pense que s’il y avait eu de la place, il serait monté avec nous ! Le voyage s’annonce rapide, même s’il y a pas mal de monde sur la route, les vacances des Espagnols s’achèvent bientôt.
Le temps est magnifique. Après avoir posé nos affaires, nous nous dépêchons d’aller nous perdre parmi les petites rues de la vielle ville. Comparé à Séville, les habitations sont petites, les murs sont déchirés par le temps. On peut sentir que des générations de marins se sont succédé. Souvent au coin de la rue, on aperçoit un vieux canon rouillé dont les couches de peinture de différentes couleurs s’effritent avec le temps. Il a été réutilisé pour faire office de pilier d’angle. En effet, il y a eu beaucoup de batailles à Cadiz, son flux de marchandises en faisait rêver plus d’un.
On arrive bientôt sur la plage, on passe par le château de Santa Catalina, qui fait face à l’unique plage de la vieille ville. On rencontre un peintre, qui est heureux de parler français, et qui nous explique que si on plonge devant la jetée du château, on peut trouver les restes des cargaisons Hollandaises. Voici le bec d’une pipe en os, ainsi que les restes sculptés d’une petite jarre en argile.
On y va, c’est décidé nous devons aller toucher l’eau ! En sortant de son atelier, la lumière est éblouissante, et nous découvrons cette magnifique vue. Une fenêtre sur le port. Au loin, des bateaux, de toutes les couleurs, et une envie folle d’aller mettre les pieds dans l’eau. Je sens bientôt le sable sous mes pieds. Il fait bon, il fait beau, c’est délicieux.[/vc_column_text][dt_gap height= »75″][/vc_column][vc_column width= »1/4″][/vc_column][/vc_row][vc_row margin_top= »0″ margin_bottom= »0″ full_width= »true » padding_left= »0″ padding_right= »0″ bg_position= »top » bg_repeat= »no-repeat » bg_cover= »false » bg_attachment= »false » padding_top= »40″ padding_bottom= »40″ parallax_speed= »0.1″][vc_column width= »1/1″][/vc_column][/vc_row]

Colores de sueño – Diez

[vc_row type= »4″ margin_top= »0″ margin_bottom= »0″ padding_left= »40″ padding_right= »40″ bg_position= »top » bg_repeat= »no-repeat » bg_cover= »false » bg_attachment= »false » padding_top= »0″ padding_bottom= »40″ parallax_speed= »0.1″][vc_column width= »1/4″][/vc_column][vc_column width= »1/2″][dt_gap height= »30″][vc_column_text]

Comme je vous en avais parlé dans la précédente photo (celle avec les éoliennes), voici le lac de « El Chorro » !

Les anglais nous emmènent au point de vue, tout en haut du lac en voiture, et nous décidons de faire une petite balade. Deux choix s’offrent à nous, aller visiter les grottes, ou aller faire un tour au bord du lac. Vu la couleur de l’eau, nous décidons de descendre dans la pinède, pour nous rapprocher de cette étendue émeraude.

Arrivés au bord du lac, une envie nous prend, pourquoi ne pas aller piquer une tête dans l’eau ? Il fait beau, chaud, mais après y avoir mis un pied, il nous paraît difficile d’y plonger. Avec beaucoup de persuasion, et une bonne vingtaine de minutes, nous voilà à l’eau ! On traverse un bras du lac, le retour nous fait prendre conscience que nous ne sentons plus nos jambes. Vite, la serviette ! On se dore au soleil, juste à temps pour sécher et retrouver nos anglais !

[/vc_column_text][dt_gap height= »75″][/vc_column][vc_column width= »1/4″][/vc_column][/vc_row][vc_row margin_top= »0″ margin_bottom= »0″ full_width= »true » padding_left= »0″ padding_right= »0″ bg_position= »top » bg_repeat= »no-repeat » bg_cover= »false » bg_attachment= »false » padding_top= »40″ padding_bottom= »40″ parallax_speed= »0.1″][vc_column width= »1/1″][/vc_column][/vc_row]

Colores de sueño – Nueve

[vc_row type= »4″ margin_top= »0″ margin_bottom= »0″ padding_left= »40″ padding_right= »40″ bg_position= »top » bg_repeat= »no-repeat » bg_cover= »false » bg_attachment= »false » padding_top= »0″ padding_bottom= »40″ parallax_speed= »0.1″][vc_column width= »1/4″][/vc_column][vc_column width= »1/2″][dt_gap height= »30″][vc_column_text]Dernière semaine de boulot en Espagne, dans une oliveraie tenue par des londoniens fraichement arrivés il y a quelques mois. Aujourd’hui, ils nous emmènent à El Chorro, petit village connu pour son superbe lac émeraude ! Nous faisons une petite randonnée sur ses flancs, pour nous retrouver ensuite les pieds dans l’eau et tester la température, c’est froid ! On sent que ce n’est pas encore l’été !

Finalement, les anglais reviennent nous chercher pour aller boire un verre, c’est là que nous pouvons alors admirer ce magnifique paysage, simple, mais coloré ![/vc_column_text][dt_gap height= »75″][/vc_column][vc_column width= »1/4″][/vc_column][/vc_row][vc_row margin_top= »0″ margin_bottom= »0″ full_width= »true » padding_left= »0″ padding_right= »0″ bg_position= »top » bg_repeat= »no-repeat » bg_cover= »false » bg_attachment= »false » padding_top= »40″ padding_bottom= »40″ parallax_speed= »0.1″][vc_column width= »1/1″][/vc_column][/vc_row]

Colores de sueño – Ocho

[vc_row type= »4″ margin_top= »0″ margin_bottom= »0″ padding_left= »40″ padding_right= »40″ bg_position= »top » bg_repeat= »no-repeat » bg_cover= »false » bg_attachment= »false » padding_top= »0″ padding_bottom= »40″ parallax_speed= »0.1″][vc_column width= »1/4″][/vc_column][vc_column width= »1/2″][dt_gap height= »30″][vc_column_text]

Après avoir visité pendant une semaine Grenade, Cordoue et rapidement Malaga, nous étions content de venir travailler à Alorà. Ça fait du bien de savoir que l’on peut poser les valises pendant une semaine. Nous arrivons chez des anglais, Keith et Alison, tout droit venus de Londres habiter un petit village espagnol, pour y vivre parmi les oliviers !

On parle à nouveau anglais, mais cette fois sous un soleil de plomb. On rencontre même des autres anglais qui travaillaient à Halifax avant de venir en Espagne. Aujourd’hui, nous nous sentons un peu anglais, un peu français, tout en étant en Espagne.

Alison est Productrice de films publicitaires, ce qui se rapproche de ma passion pour la photographie. Je leur explique que j’adore prendre en photo des insectes.

Un jour, Keith m’appelle, il a trouvé un gecko dans un « bucket », un seau. Je saute de joie, il est vraiment difficile de les approcher en plein jour. Je le relâche un peu plus loin. C’est bon, j’ai enfin une macrophotographie intéressante. C’est le début de la saison !

[/vc_column_text][dt_gap height= »75″][/vc_column][vc_column width= »1/4″][/vc_column][/vc_row][vc_row margin_top= »0″ margin_bottom= »0″ full_width= »true » padding_left= »0″ padding_right= »0″ bg_position= »top » bg_repeat= »no-repeat » bg_cover= »false » bg_attachment= »false » padding_top= »40″ padding_bottom= »40″ parallax_speed= »0.1″][vc_column width= »1/1″][/vc_column][/vc_row]

Colores de sueño – Siete

[vc_row type= »4″ margin_top= »0″ margin_bottom= »0″ padding_left= »40″ padding_right= »40″ bg_position= »top » bg_repeat= »no-repeat » bg_cover= »false » bg_attachment= »false » padding_top= »0″ padding_bottom= »40″ parallax_speed= »0.1″][vc_column width= »1/4″][/vc_column][vc_column width= »1/2″][dt_gap height= »30″][vc_column_text]

Lorsque nous sommes arrivés à Valence, nous nous attendions à voir les Fallas, mais j’avais aussi une seconde mission, prendre en photo un bâtiment ressemblant à l’opéra de Sydney, l’Aquarium Océanographique situé dans la Cité des Arts et des Sciences, un peu en dehors du centre historique, à mi chemin de la plage, soit deux kilomètres.

Nous sommes arrivés un soir, alors que le soleil allait se coucher. C’était une très bonne idée. Ces cinq gigantesques bâtiments ont été construits pour redonner envie aux touristes de visiter la troisième ville espagnole.

Leur architecture récente, date de 1998, et manie avec ingéniosité l’utilisation de matériaux nouveaux avec les mosaïques empruntées à Gaudi.

Il est six heures, lorsque l’on arrive devant l’Aquarium.

On peut voir quelques parties du bâtiment, mais impossible de trouver une bonne vue pour faire une photo. Hum. J’essaye de faire le tour, sans succès. J’escaladerais bien ce mur, mais il y a un plan d’eau devant. Je reviens devant l’entrée principale, et j’entends un jeune espagnol dire à sa copine que l’on peut rentrer à cette heure-ci, sans avoir besoin de ticket. Cela m’intrigue, je les suis.

Il fallait y penser, le tourniquet de la sortie tourne dans les deux sens, on arrive à passer, on admire enfin cette belle vue ! Ça valait le coup, il n’y a plus personne, et les formes de l’édifice sont magnifiques !

[/vc_column_text][dt_gap height= »75″][/vc_column][vc_column width= »1/4″][/vc_column][/vc_row][vc_row margin_top= »0″ margin_bottom= »0″ full_width= »true » padding_left= »0″ padding_right= »0″ bg_position= »top » bg_repeat= »no-repeat » bg_cover= »false » bg_attachment= »false » padding_top= »40″ padding_bottom= »40″ parallax_speed= »0.1″][vc_column width= »1/1″][/vc_column][/vc_row]

Colores de sueño – Seis

[vc_row type= »4″ margin_top= »0″ margin_bottom= »0″ padding_left= »40″ padding_right= »40″ bg_position= »top » bg_repeat= »no-repeat » bg_cover= »false » bg_attachment= »false » padding_top= »0″ padding_bottom= »40″ parallax_speed= »0.1″][vc_column width= »1/4″][/vc_column][vc_column width= »1/2″][dt_gap height= »30″][vc_column_text]

Ah, Valence …

Une nouvelle ville, une nouvelle aventure !

Après avoir fair un long voyage depuis Madrid, en covoiturage, nous retrouvons notre appartement réservé sur Airbnb, et un français qui était prêt à nous faire visiter la ville de font en comble.

Après avoir déposé nos affaires, nous repartons déjà, non sans avoir goûté à un jus d’oranges pressées servi par notre hôte, dans une pinte débordante, à l’image de la gentillesse de notre nouvel ami.

En allant vers le centre historique, dans lequel se situent les Fallas, il nous explique quels sont les différents endroits à voir, et nous propose de venir fêter la saint Patrick le soir venu. La fêter en Espagne, sans avoir à porter un bonnet et des gants, ça doit être autre chose !

Enfin dans le centre, nous arrivons devant la première sculpture, sur laquelle les lettres “Pourquoi les Fallas brûlent ?” forment la structure de l’oeuvre.

Tout de suite, un groupe d’espagnols nous réquisitionnent pour faire une photo, puis nous invitent à une de leur très prisées fêtes de quartier, dont il est difficile de faire partie.

Des étoiles plein les yeux, et notre agenda déjà bien chargé, nous prenons une ruelle qui nous semble sympathique. Le ciel est bleu, le coucher de soleil nous baigne dans les couleurs chaudes de l’Espagne.

Une nouvelle ville, une nouvelle aventure.

Ah, Valence …

[/vc_column_text][dt_gap height= »75″][/vc_column][vc_column width= »1/4″][/vc_column][/vc_row][vc_row margin_top= »0″ margin_bottom= »0″ full_width= »true » padding_left= »0″ padding_right= »0″ bg_position= »top » bg_repeat= »no-repeat » bg_cover= »false » bg_attachment= »false » padding_top= »40″ padding_bottom= »40″ parallax_speed= »0.1″][vc_column width= »1/1″][/vc_column][/vc_row]

Colores de sueño – cinco

[vc_row type= »4″ margin_top= »0″ margin_bottom= »0″ padding_left= »40″ padding_right= »40″ bg_position= »top » bg_repeat= »no-repeat » bg_cover= »false » bg_attachment= »false » padding_top= »0″ padding_bottom= »40″ parallax_speed= »0.1″][vc_column width= »1/4″][/vc_column][vc_column width= »1/2″][dt_gap height= »30″][vc_column_text]

Réveil difficile aujourd’hui, mais ça va faire une semaine que le soleil tape sans s’interrompre. C’est le moment d’aller visiter Madrid !

Nous avons décidé de commencer par nous perdre dans la ville, puis nous sommes allés sur la place d’España pour déjeuner. Nous avons de la chance, c’est la bonne période pour voir des cerisiers en fleurs

Nous découvrons en levant les yeux sur ceux de la place, que cinq perruches butinent au dessus de notre tête.

[/vc_column_text][dt_gap height= »75″][/vc_column][vc_column width= »1/4″][/vc_column][/vc_row][vc_row margin_top= »0″ margin_bottom= »0″ full_width= »true » padding_left= »0″ padding_right= »0″ bg_position= »top » bg_repeat= »no-repeat » bg_cover= »false » bg_attachment= »false » padding_top= »40″ padding_bottom= »40″ parallax_speed= »0.1″][vc_column width= »1/1″][/vc_column][/vc_row]

Colores de sueño – cuatro

[vc_row type= »4″ margin_top= »0″ margin_bottom= »0″ padding_left= »40″ padding_right= »40″ bg_position= »top » bg_repeat= »no-repeat » bg_cover= »false » bg_attachment= »false » padding_top= »0″ padding_bottom= »40″ parallax_speed= »0.1″][vc_column width= »1/4″][/vc_column][vc_column width= »1/2″][dt_gap height= »30″][vc_column_text]

Aujourd’hui mardi, nous avons droit à un nouveau défilé haut en couleurs. En effet, il faut savoir qu’en Espagne, le Carnaval dure une semaine; ce midi, c’est le carnaval des enfants et ce soir, celui des adultes. Une vingtaine de chars pour le premier, une cinquantaine pour le second. En tout, plus de 7 heures de défilé, c’est magique. Les confettis volent, et à chaque char nous découvrons une trentaine de danseurs, habillés suivants le thème choisi, ainsi qu’une nouvelle chanson.

Ce soir, je me glisse au travers de la foule puis passe par dessus une barrière. Me voilà au milieu de la dizaine de photographes, qui shootent pour différents magazines. On rigole, on essaye d’avoir la meilleur photo, on va à la pêche au sourire. Du coup, je parle un peu Espagnol, et j’entends quelques mots en Catalan, « avanceu » (à prononcer avancez-hue) et je me mets à dire « merci » (oui, comme en français, mais en roulant le « r » c’est du catalan). On me sourit, j’ai le droit à quelques clins d’oeil.

Demain, nous quittons Sitges, pour finir le Carnaval à Barcelone, en enterrant la sardine comme ils disent.

[/vc_column_text][dt_gap height= »75″][/vc_column][vc_column width= »1/4″][/vc_column][/vc_row][vc_row margin_top= »0″ margin_bottom= »0″ full_width= »true » padding_left= »0″ padding_right= »0″ bg_position= »top » bg_repeat= »no-repeat » bg_cover= »false » bg_attachment= »false » padding_top= »40″ padding_bottom= »40″ parallax_speed= »0.1″][vc_column width= »1/1″][/vc_column][/vc_row]

Colores de sueño – Tres

[vc_row][vc_column width= »1/1″][/vc_column][/vc_row][vc_row type= »4″ margin_top= »0″ margin_bottom= »0″ padding_left= »40″ padding_right= »40″ bg_position= »top » bg_repeat= »no-repeat » bg_cover= »false » bg_attachment= »false » padding_top= »0″ padding_bottom= »40″ parallax_speed= »0.1″][vc_column width= »1/4″][/vc_column][vc_column width= »1/2″][dt_gap height= »30″][vc_column_text]

Premier jour à Sitges,

Nous sortons du train, le soleil vient à peine de se coucher. Première étape, récupérer une carte à l’office du tourisme, qui nous donne par la même occasion les différents lieux à visiter. La plage, les églises ainsi que quatre musées dont la « casa Bacardi ». Oui, l’entreprise de spiritueux dont nous connaissons bien tous le nom. En effet, son fondateur est né à Sitges.

Le logo de Bacardi est constitué d’un dragon noir sur fond rouge. Dragon que l’on retrouve assez souvent dans les rues de la ville, sous forme de statues de bronze ou d’ornements de lampadaire par exemple.

Une semaine est passée, je profite des quelques minutes restantes avant que le restaurant n’ouvre. Il fait beau aujourd’hui — ce qui n’était pas le cas des jours précédents. Je fais quelques photos sur la plage, et je m’aventure sous les rochers. Je les utilise alors pour faire une découpe inhabituelle dans le ciel de mes photos. Cela me permet d’avoir un nouveau plan et de renforcer l’impression de profondeur.

Après avoir fait quelques tests infructueux, je tombe sur ce cadrage, qui me fait penser à un dragon de profil.

Bon concours de circonstances, n’est-ce pas ?

[/vc_column_text][dt_gap height= »75″][/vc_column][vc_column width= »1/4″][/vc_column][/vc_row][vc_row margin_top= »0″ margin_bottom= »0″ full_width= »true » padding_left= »0″ padding_right= »0″ bg_position= »top » bg_repeat= »no-repeat » bg_cover= »false » bg_attachment= »false » padding_top= »40″ padding_bottom= »40″ parallax_speed= »0.1″][vc_column width= »1/1″][/vc_column][/vc_row]

Colores de sueño – Dos

[vc_row type= »4″ margin_top= »0″ margin_bottom= »0″ padding_left= »40″ padding_right= »40″ bg_position= »top » bg_repeat= »no-repeat » bg_cover= »false » bg_attachment= »false » padding_top= »0″ padding_bottom= »40″ parallax_speed= »0.1″][vc_column width= »1/4″][/vc_column][vc_column width= »1/2″][dt_gap height= »30″][vc_column_text]

Vite ! Vite !

Nous avons fini de dresser les tables, je passe un coup de balai, Marie vérifie les verres sur les tables. Il nous reste dix minutes avant que le repas soit prêt, pour que l’on puisse manger juste avant que le restaurant n’ouvre ses portes.

J’ouvre la porte, Marie me suit, nous voilà dans la ruelle. Oui, nous sortons du restaurant, nous nous dépêchons. Nous descendons à pas de loup les 100 mètres qui nous séparent du bord de plage. On peut le voir au loin, c’est brillant, et la couleur varie entre le rose bonbon et l’orange.

Nous y voilà. Le mois dernier, nous faisions une bataille de boules de neige en France. Ce soir, il fait un peu moins de 15 degrés, et nous admirons le coucher de soleil en Espagne, en T-shirt.

C’est beau !

[/vc_column_text][dt_gap height= »75″][/vc_column][vc_column width= »1/4″][/vc_column][/vc_row][vc_row margin_top= »0″ margin_bottom= »0″ full_width= »true » padding_left= »0″ padding_right= »0″ bg_position= »top » bg_repeat= »no-repeat » bg_cover= »false » bg_attachment= »false » padding_top= »40″ padding_bottom= »40″ parallax_speed= »0.1″][vc_column width= »1/1″][/vc_column][/vc_row]